Comment choisir le meilleur poêle à granulés : notre sélection 2021

  • Accueil
  • /
  • Comment choisir le meilleur poêle à granulés : notre sélection 2021
Habitat
Poêle à granulé Interstoves Tessa © Invicta
Poêle à granulé Interstoves Tessa
Rédigé par Agathe HAGA Publié le 28 août 2021 à 20:51 Mis à jour le 28 août 2021 à 22:37
0 réaction 20 lectures

Comment choisir le meilleur poêle à granulés : notre sélection 2021

Choisir sa poêle à granulé n’est pas une tâche à prendre à la légère, mais ce n’est pas non plus vraiment compliqué. Trouvez grâce à notre guide, le modèle adapté à tous vos besoins.

Aujourd’hui, le poêle à granulés a de plus en plus la côte en termes de chauffage dans les foyers. Également appelé poêle à pellets, cet équipement servant de chauffage principal peut présenter plusieurs spécificités techniques. De la puissance à la nouvelle technologie, en passant par le design et les diverses marques, les différentes installations possibles, la sonorité et bien d’autres critères encore, l’achat d’un poêle à granulés peut devenir un vrai casse-tête. Pour vous aider à choisir le meilleur poêle à granulés du marché, suivez notre guide avec notre sélection 2021.

Qu’est-ce qu’un poêle à granulés 

Le poêle à granulés ou poêle à pellets est un équipement domestique responsable du chauffage principal d’une habitation. Il génère la chaleur par combustion de sciures et de copeaux de bois. En principe, un poêle à granulés fonctionne à peu près de la même manière qu’une cheminée classique, mais il est plus performant, confortable et respectueux de l’environnement. La chaleur produite est diffusée dans la maison et il fonctionne tout seul, pas besoin de stock de bûches ni de feu à entretenir. En effet, il est doté d’un réservoir et opère de façon totalement autonome pour vous tenir bien au chaud même en hiver. Il existe trois variantes du poêle, à convection naturelle ou convection forcée, puis hydraulique.

Fonctionnement d’un poêle à granulés

Il est composé d’un moteur, une chambre à combustion, un cendrier, une vis sans fin et un réservoir. Pour brûler, on utilise des sciures et copeaux de bois (granulé) stockés dans le réservoir, qui sont d’excellents combustibles par leur faible teneur en humidité. Ils sont conduits par la vis sans fin dans la chambre à combustion. Pour allumer, deux possibilités se présentent : à l’aide d’une résistance électrique ou d’une bougie. Lorsque la combustion est enclenchée, l’apport d’air et de granulés maintiennent le feu en activité, et plus il y a de granulés, plus puissant est le chauffage obtenu. Un ventilateur permet d’apporter l’air nécessaire à la combustion. Pour dégager la fumée produite, un autre ventilateur se charge de l’aspirer vers un conduit à l’extérieur ou par une ventouse verticale ou horizontale, qui évacue en façade de la maison. Quant aux cendres des copeaux et sciures de bois, ils sont recueillis par le cendrier.

Certains modèles, avec un mécanisme plus avancé, permettent d’accélérer le processus de la combustion, tout comme l’apport d’air par le ventilateur pour avoir une température bien précise. D’autres modèles plus récents vont même jusqu’à programmer le fonctionnement du produit en l’optimisant de façon à ce que celui-ci soit plus économe. Aujourd’hui, avec l’évolution de la technologie, il existe déjà des modèles de poêle avec commande à distance depuis une télécommande, un ordinateur ou un smartphone grâce à une connexion wifi. En parlant d’économie, un poêle à granulés a une faible consommation électrique variant entre 80 et 400 W.  Côté rendement, il s’agit d’un appareil performant et à moindre consommation, et qui offre par conséquent de hauts rendements compris entre 80 et 95 %.

Tous les poêles fonctionnent de la même manière, sauf au niveau diffusion de chaleur. En effet, comme nous l’avons cité plus haut, la diffusion de chaleur d’un poêle à granulés se décline par convection naturelle depuis les arrivées d’air du dispositif, ou par convection forcée, à l’aide d’un ou deux ventilateurs responsables de la propulsion d’air chauffé dans la maison. Cette dernière chauffe plus rapidement, par contre, son petit bémol est le niveau de nuisance sonore. Enfin, il y a aussi le poêle à granulés hydraulique qui sert de chauffage principal tout en produisant de l’eau chaude sanitaire.

Un poêle à granulés suffit-il pour chauffer une maison ?

Il est tout à fait compréhensible que vous soyez dans le doute et l’incompréhension, étant donné que le choix d’un poêle à granulés est assez technique et complexe. Mais pas de panique, on vous explique tout dans ce guide.

En effet, un poêle peut très bien assurer la fonction de chauffage principal dans une maison, mais les points suivants doivent être mis en évidence :

  • Primo, si vous avez une maison compacte, les dimensions ne doivent pas excéder 100m² et l’espace au minimum cloisonné, sinon, pensez à laisser les portes ouvertes pour permettre à la chaleur de se propager dans chaque pièce. Côté isolation, il est important d’avoir une maison bien isolée pour que la chaleur ambiante puisse durer.
  • Secundo, dans le cas d’une maison spacieuse, avec plusieurs pièces cloisonnées ou même à étage, la chaleur émanant du poêle peut être canalisée par les gaines ventilées. Reste toujours le problème de l’isolation. Si votre maison est mal isolée, il y aura beaucoup de déperditions de chaleur et même le poêle le plus puissant ne pourra chauffer correctement votre intérieur.
  • Tertio, votre maison doit être équipée de radiateurs électriques pour l’eau chaude ou d’un plancher pour chauffage au sol si vous misez sur un poêle à granulés hydraulique, afin de pouvoir profiter de l’eau chaude sanitaire.

Donc, oui, seul un poêle à granulés est capable d’assurer le chauffage principal dans une maison. Le plus important est de savoir choisir le type de poêle adapté à votre habitation pour un chauffage optimal.

Quels sont les différents types de poêles à granulés ?

On distingue trois types de poêles à granulés, avec différentes fonctionnalités que nous passerons en revue :

  • Le poêle à convection naturelle :

Idéal pour une maison basse, il doit être placé au centre de la maison. Il n’utilise pas de ventilateur pour diffuser la chaleur et a l’avantage d’être silencieux. La chaleur produite est accumulée par des pierres réfractaires dans le poêle, puis diffusée dans la maison. Le chauffage est lent et moins efficace, surtout pour une maison à étage. Le poêle doit être installé au cœur de la maison et les portes de chaque pièce laissée ouverte afin de permettre à la chaleur de mieux se propager. L’air chaud ne parvient pas toujours à chauffer toutes les pièces et constate que les températures ne sont pas les mêmes d’une pièce à l’autre, surtout pour les maisons avec beaucoup d’espace. Une bonne isolation est d’autant plus nécessaire pour optimiser le chauffage et éviter les déperditions de chaleur.

  • Le poêle à convection forcée :

Ce type de poêle est équipé de ventilateurs qui propulsent la chaleur dans toute la maisonnée. À l’instar de son voisin à convection naturelle, celui-ci est plus efficace et la montée en température est beaucoup plus rapide. Grâce aux ventilateurs, il est capable de diffuser la chaleur dans plusieurs pièces, mais est toutefois plus bruyant. Il faudrait pouvoir écouter avant d’acheter ou à défaut opter pour un poêle dont les ventilateurs peuvent être réglés et fonctionner individuellement. Si la maison a plusieurs pièces cloisonnées ou est à étages, ce type de poêle peut être canalisable avec des gaines ventilées qui aident à la diffusion de chaleur jusqu’à 6 mètres au-delà du poêle, voire même plus pour certains modèles.

  • Le poêle à granulés hydraulique :

Ce type de poêle peu courant a un double service. En effet, il sert de chauffage principal dans un foyer, mais sert aussi à produire de l’eau chaude sanitaire. Il n’est pas si différent des deux types précédents mis à part le fait qu’il est nécessite plus de combustibles, en particulier pour les gros besoins en eau chaude sanitaire. Par conséquent, le rendement est faible.

Ainsi, vous avez le choix entre ces trois types de poêle, en fonction de la configuration de votre maison ainsi que de vos besoins en termes de chauffage. Notez que pour chaque poêle à granulés, le principe reste la même, seules les spécificités diffèrent. Pour le bon fonctionnement du dispositif et cela en toute sécurité, il doit présenter une arrivée d’air frais et une évacuation des fumées. Il doit également respecter la norme en vigueur (EN 14 785 et marquage CE) et être certifié par le label Flamme Verte.

Le type de combustible

Et oui, on vous l’aura assez dit, le combustible utilisé par un poêle à granulés est le granulé, qui n’est autre des copeaux et sciures de bois. Pourtant, ils se distinguent en trois grands groupes par leur qualité :

  • Le granulé standard
  • Le granulé de qualité supérieure
  • La biomasse lignocellulosique (meilleure qualité)

Au moment de l’achat de votre poêle, assurez-vous que le combustible soit toujours disponible dans votre localité, car il peut arriver qu’il soit difficile, voire impossible, d’en trouver dans certaines régions. En fait, la plupart des poêles à granulés peuvent brûler le granulé standard qui est fait de copeaux et sciures de bois, mais certains modèles peuvent également brûler d’autres matières organiques comme les grains de maïs, coquillages… ce qui vous permet d’avoir plus de choix et de liberté en termes de combustibles.

En revanche, tous les modèles ne brûlent pas le granulé de qualité supérieure. Bien qu’ils soient un mélange de matières organiques et de produits sous-agricoles comme les granulés standards, ils ont une particularité bien à eux, ils produisent peu de cendres.

Le label « Flamme verte » : qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit d’un critère de choix pour les consommateurs au moment de l’achat, car il permet de déterminer la performance et l’émission d’agents polluants de l’appareil, notamment le monoxyde de carbone et particules fines. Ce label a été créé par l’ensemble des fabricants de chauffage au biocombustible, en collaboration avec l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie. Concrètement, le label exige que l’appareil soit performant et respectueux de l’environnement. Plus il répond aux critères du label, plus il a d’étoiles.

Niveau
Rendement minimum
Émission de CO maximum
Émission de particules fines maximum
5 étoiles
85 %
0,04 %
90 mg/m3
6 étoiles
87 %
0,03 %
40 mg/m3
7 étoiles
90 %
0,02 %
30 mg/m3

Malheureusement, on ne peut pas dire que ce label est toujours fiable si on parle des performances et du rendement des appareils les plus étoilés. En effet, des tests ont démontré que le produit peut être au top sur le papier, mais la réalité est toute autre. C’est plus un label commercial qu’autre chose, au grand bonheur des revendeurs. Quoi qu’il en soit, il permet tout de même de tirer parti des aides financières.

Les aides financières

Une fois votre poêle à granulés acquis, vous pourrez bénéficier du crédit d’impôt transition énergétique et de l’éco-prêt à taux zéro si et seulement si :

  • Votre produit porte bien le label Flamme Verte
  • Votre maison a plus de deux ans d’existence et vous en êtes bien le principal occupant
  • Votre appareil a été installé par un professionnel Qualibois (Reconnu Gérant de l’Environnement)

Les critères de l’appareil éligibles au CITE sont :

  • Un rendement minimum de 70 %
  • Une émission maximum de CO 0.3 %
  • Une émission de particules maximum de 90 mg/Nm3
  • Indice de performance environnemental de l’appareil maximum de l’ordre de 1
  • Conforme à la norme NF 14785

L’intérêt de l’éco-prêt à taux zéro est qu’il permet de financer l’installation avec un prêt à taux zéro.

Pourquoi choisir un spécialiste pour installer votre poêle ?

Outre l’achat de votre poêle, il faudra aussi penser à son installation. Pour ce faire, il faut passer par trois étapes. Avant toute chose, faire le choix de l’emplacement, puis le montage, et enfin l’installation. A priori, cela ne paraît pas si difficile, mais attention, elle doit être étudiée et réalisée avec minutie pour s’assurer du bon fonctionnement de votre nouvel équipement et des mesures de sécurité à respecter. L’installation du poêle peut se faire soit même si vous êtes fort en bricolage, mais nous vous conseillons de consulter un spécialiste et pas n’importe lequel. En effet, il faut que votre chauffagiste soit certifié Qualibois RGE (Reconnu Gérant de l’Environnement). Cette certification atteste bien que le spécialiste a été formé en installation de chauffage au bois, et faire appel à ses prestations est un passage obligé pour bénéficier des aides financières.

Mais où trouver un spécialiste ? Vous pouvez consulter un magasin spécialisé avec la certification Qualibois ou faire une recherche sur le site du certificateur. Une liste de toutes les entreprises certifiées est consultable en ligne. Nombreux sont les avantages de confier son installation à un spécialiste « local » : conseils, devis, installation conformément aux normes en vigueur, un SAV et une garantie décennale qui assure les travaux d’installation. Il se déplace chez vous et fait tout le travail avec professionnalisme. Votre appareil sera mis en marche, prêt à chauffer et réglé en fonction de vos besoins tout en tenant compte du rendement et en plus, vous bénéficiez d’une formation sur son fonctionnement pour que vous puissiez l’utiliser de façon autonome. Que demander de plus ?

Installation du poêle dans une maison

Pour installer votre nouveau poêle à la maison, vous pouvez le faire vous-même, tout comme vous pouvez faire appel à un spécialiste comme nous l’avons cité plus haut. Les frais pour l’installation avoisinent les 1000 € et si vous vous sentez d’attaque pour un DIY, cela vous permettra de réaliser de sérieuses économies.

Pour l’installer soi-même, la précaution est de rigueur, car il ne peut être posé au hasard. Comme c’est un meuble à part entière, il se pose le plus souvent dans le salon. Les constructeurs proposent des designs à chaque fois un peu plus recherchés pour améliorer le côté esthétique, mais les dimensions varient toujours d’un poêle à un autre. En parlant de dimensions, attention à ne pas vous tromper, car un poêle à granulés peut finalement être plus grand et prendre plus de place que vous ne l’auriez imaginé avant de l’acheter.

Pour installer votre poêle, mesurez 40 cm d’écart entre le mur et l’appareil. C’est à cette distance qu’il doit être raccordé au circuit d’évacuation de fumées. Un poêle peut mesurer 50 cm de profondeur ou moins en fonction des modèles, mais moins il est profond, plus il est large, et cette largeur peut atteindre près d’un mètre face au mur. Outre ces dimensions, il est impératif de laisser un espace vide d’un mètre face au poêle pour des mesures de sécurité. Enfin, ne négligez pas la place pour stocker les sacs de granulés. Veillez à les mettre dans un endroit sec à l’intérieur de la maison pour ne pas altérer le taux d’humidité.

Concernant les conduits d’évacuation de fumées, ils se déclinent de deux façons : par ventouse, ou par conduit.

  • L’évacuation par ventouse concerne les poêles étanches, autrement dit, il apporte l’air nécessaire à la combustion depuis l’extérieur depuis un tuyau, et un autre tuyau permet d’évacuer la fumée depuis la façade de la maison. L’installation de ce système d’évacuation revient moins chère. Par contre, il fait de l’ombre au tableau du fait qu’il noircit vraiment la façade de la maison et qu’en cas de vent, il se met en mode sécurité et arrête de tourner le moteur. Cela évite aux fumées de refouler vers l’intérieur, si bien que pendant les périodes de vent froid, c’est compliqué de rester au chaud.
  • Ici, les fumées sont évacuées vers l’extérieur par un conduit de raccordement qui par du poêle vers le plafond, et d’un conduit de fumées relié au toit. Il convient aux types de maisons RT2005 qui ne sont pas encore équipées de conduits de fumée. Remarque, la vieille cheminée de la maison peut être utilisée si elle est capable de résister à une chaleur importante. Dans le cas contraire, il sera nécessaire de mettre en place un tube étanche, et cette installation revient beaucoup plus chère.

Les zones pour l’installation des conduits d’évacuation

Concernant les conduits d’évacuation, rien ne peut être laissé au hasard et leur installation est aussi réglementée. Ainsi 3 zones s’imposent.

Zone 1 : cette installation convient à tous les types de poêles à granulés est à fortement conseillée, car elle permet au poêle d’être installé au centre de la maison et par conséquent, de prendre en charge le chauffage de manière plus optimale. On utilise un conduit d’évacuation de fumées qui est installé verticalement sur le toit, à 40 cm au-dessus du faîtage. L’installation peut se faire sur une maison neuve ou en rénovation.

Zone 2 : l’installation en zone 2 ou sortie consiste à poser le conduit d’évacuation de fumées sur le toit sans dépasser le faîtage de 40 cm. Il est spécifique aux poêles à granulés étanches certifiés CSTB ou par le fabricant. L’apport d’air et l’évacuation de fumée se font par un seul conduit qui sort du toit en position verticale. La pose est aussi réalisable sur une maison neuve ou en cours de rénovation.

Zone 3 : pour cette dernière installation, le conduit d’évacuation de fumées est installé horizontalement au niveau de la façade de la maison. Tout comme en zone 2, le conduit d’apport d’air est le même que pour évacuer les fumées et il le poêle doit être certifié étanche CSTB ou par le fabricant. Elle est préconisée uniquement dans le cas d’une maison en rénovation et jamais sur une maison neuve.

Notion d’étanchéité

Lorsqu’on dit « étanche », cela peut avoir plusieurs significations quand on parle de poêle à granulés. Ainsi, pour vous aider à mieux faire la distinction et comprendre le contexte dans lequel ce mot est utilisé, ci-après trois significations utiles.

  • Certifié étanche par le CSTB signifie que le poêle est hermétique et résiste aux vents forts (50 pascals) sans faire refouler les fumées dans la maison.
  • Certifié étanche par le fabricant veut tout simplement dire que le poêle est hermétique et sa résistance au vent (10 pascals) a été testé par le fabricant ou le laboratoire CERIC.
  • Un poêle à granulés est dit étanche par rapport à sa configuration. Cela signifie tout simplement que l’air nécessaire à la combustion est puisé de l’extérieur par une arrivée d’air. Une installation en configuration étanche est parfaite dans une maison neuve, pour qu’elle soit conforme aux exigences d’étanchéité à l’air.

Avantages de l’utilisation d’un poêle à granulés

Le choix du poêle à granulé est aujourd’hui de plus en plus priorisé en termes de chauffage. Il séduit un peu plus chaque jour les consommateurs et il y a de quoi. En effet, avoir un poêle à granulés chez soi présente plusieurs avantages.

  • Efficacité prouvée :

Par rapport aux bûches, les granulés brûlent bien, car ils ont une faible teneur en humidité. Le phénomène de combustion est donc plus efficace, et le poêle produit beaucoup de chaleur. De plus, peu de cendres sont extraites. Exprimée en pourcentage, son efficacité se situe entre 80 et 90 %. Le poêle peut cependant présenter une petite créosote, mais avec ce dispositif, oubliez l’entretien du feu de cheminée.

Un poêle à granulés est aussi facile à faire fonctionner en comparaison avec les autres dispositifs de chauffage. Il fonctionne tout seul de manière autonome, surtout maintenant qu’il existe même en version programmable. C’est un appareil qui vous donnera moins de travail et vous facilitera la vie.

  • Sécurité garantie :

Utiliser un poêle à granulés ne présente aucun risque si vous craignez que des fumées s’échappent et se propagent dans les pièces de votre maison. En fait, le dispositif est équipé de conduits chargés d’évacuer la fumée à l’extérieur à travers le faîtage ou à travers la façade de votre maison. Ici, le problème ne risque pas d’arriver comme avec les poêles à bûches, aucune fumée ne viendra vous envahir et nuire à l’air frais que vous respirez.

Si l’on compare toujours avec le poêle à buches, le poêle à granulés ne chauffe pas de l’extérieur au risque de brûler au contact. Grâce aux ventilateurs, la chaleur n’est pas conservée, mais propulsée dans la maison, ce qui maintient la surface externe du poêle à une température qui ne brûle pas.

  • Moins polluant :

Le poêle à granulé est un appareil soucieux de l’environnement, car c’est une source d’énergie propre. L’utilisation de déchets organiques, biomasse, copeaux et sciures de bois diminue aussi votre consommation au mazout puis en électricité, mais surtout c’est une solution pratique, économique et écologique. Les granulés passent au broyage, puis sont comprimés, ce qui les secs et faciles à brûler. Leur taux d’humidité est inférieur à 8 %, et favorise largement la production de chaleur pendant la combustion au poêle. En termes d’émission de particules, il produit près d’1g par heure contre environ 5 g par heure pour le bois.

  • Grande autonomie :

Le poêle est composé dans son mécanisme d’un grand réservoir adapté à sa taille pouvant contenir un stock important suffisant de granulés. Plus la peine de se soucier de devoir recharger continuellement, puisque le réservoir d’un poêle peut contenir jusqu’à 35 kg de granulés.

  • Un aperçu de la flamme :

Vous pouvez garder un œil sur la flamme qui brûle dans le foyer pendant la combustion, en optant pour un modèle de poêle avec une porte vitrée. Cela donne au poêle un look plus attrayant, pour embellir la décoration de votre salon.

  • Consomme très peu d’électricité :

Pour faire fonctionner votre poêle à granulés, celui-ci a besoin d’électricité et doit être branché sur secteur. Il existe même des modèles équipés de batterie de secours en cas de panne si vous habitez dans une zone qui souffre de coupures fréquentes de courant. Sur votre facture, la consommation du poêle passe presque inaperçue, seulement aux environs de 40 € au cours de l’année.

Comment savoir quel poêle à granulés choisir ?

A priori, choisir son poêle à granulés n’est pas une mince affaire, mais rassurez-vous, grâce à nos précieux conseils, vous trouverez certainement l’appareil qui fera votre bonheur. Ce qu’il faut garder à l’esprit c’est que vous devez connaître vos besoins en termes de chauffage pour pouvoir les combler. Plusieurs critères ont été énumérés depuis le début de ce guide, mais les plus importants sont les dimensions, les options, la puissance, le rendement, le design et le prix.

  • Les dimensions du poêle : elles doivent être bien vérifiées en fonction de l’espace disponible dans votre habitation. Un poêle trop petit ne peut pas chauffer correctement une grande maison tout comme un poêle trop grand est inadapté aux petits espaces au risque de surchauffer. Régler un poêle en le forçant à s’adapter à votre espace risquerait de l’endommager et serait beaucoup moins efficace.
  • Les options : tous les poêles à granulés partent du même principe de fonctionnement, mais certaines fonctionnalités sont différentes en fonction de la technologie. Certains sont mieux équipés que d’autres, par exemple les modèles programmables avec commande à distance, ceux dotés d’un thermostat ou d’une batterie de secours.
  • Le rendement : c’est le rapport entre l’énergie consommée et l’énergie rendue. Un appareil à haut rendement rime avec efficacité et économie. Un bon rendement commence à 80 %.
  • La puissance : qui se calcule en fonction du volume de l’espace dans la maison en m3 et de la qualité de l’isolation, à raison de 04 kW/m3 soit 100 W/m² pour une maison RT2005 ; et 024 kW/m3 soit 60 W/m² pour une maison RT2012
  • Le design : un élément moins indispensable, mais qui ne mérite tout de même pas d’être négligé, car un poêle à granulés s’installe généralement au cœur de la maison, soit dans le salon, et se doit d’être un minimum esthétique, moderne ou vintage pour un mariage parfait avec votre décoration d’intérieur. Ayant pensé à ce détail précis, les constructeurs ont pris la peine de produire des modèles avec designs différents, de plus en plus intuitifs et évolués.
  • Le prix : comme vous vous en doutez certainement, le prix d’un poêle varie selon le modèle et les spécificités techniques qu’il présente. La marque et le label Flamme Verte peuvent aussi influer sur le prix, c’est pourquoi il est plus que nécessaire de faire des comparaisons avant de se lancer les yeux fermés dans un achat. Bien entendu, les poêles haut de gamme coûtent toujours plus chers que les poêles classiques, mais rapport qualité prix, c’est toujours un bon compromis puisqu’il sera vite amorti et permet de réaliser de bonnes économies, surtout qu’il s’agit là d’un investissement sur le long terme. Les prix sur le marché oscillent entre 600 € à plus de 4000 €. Vous pouvez donc adapter votre budget en fonction de cette fourchette de prix.

Le choix de la rédaction :

Notre coup de cœur

QLIMA
Rendement 92,7 %, autonomie 22H
Allumage automatique

5 étoiles
890 €
Meilleur rapport qualité-prix

INTERSTOVES
TESSA 10 KW
Extra-plat, poêle de couloir, rendement : 93,7 %, commande à distance, kit sortie ventouse horizontale
Certifié CSTB, flamme verte 7 étoiles

4 étoiles
1399 €
Prix discount

INVICTA
SERINO7
Rendement 90 %, autonomie 21H
Certifié flamme verte 6 étoiles

 4.3 étoiles 699 €

Entretien du poêle à granulés

Le poêle n’est pas un appareil démontable en dépit du fait qu’il nécessite un entretien et une maintenance ponctuels. D’une part, à chaque fois qu’il vous faudra recharger en granulés, il est obligatoire de nettoyer le foyer. Pour procéder, le poêle doit être mis en arrêt et le cendrier vidé. (Le cendrier doit être vidé toutes les semaines). L’arrivée d’air doit ensuite être nettoyée en aspirant, puis vérifier l’intérieur. Il faut que tout soit propre pour permettre à l’air de bien circuler. Enfin, rendre propre le foyer. Penser aussi à nettoyer la porte vitrée de temps en temps, car elle est plus exposée et salit facilement.

D’autre part, les services d’un professionnel certifié sont vivement conseillés pour un entretien annuel de votre appareil. Les conduits d’évacuation ont besoin de ramonage tous les semestres. Le ramonage varie en fonction du type de conduit de votre poêle : ramonage par le haut, ramonage par le bas ou trappe au ramonage. Maintenir les conduits propres permet d’optimiser la combustion et les échanges d’air, car la suie influe sur les performances du poêle et diminue le niveau de sécurité.

Notre top 5 des meilleurs poêles à granulés

Pour vous aider à connaître les meilleurs poêles à granulés du moment, nous avons établi un top 5 du meilleur choix selon les avis des consommateurs, alors prenez-en de la graine !

Désignation de la marque et modèle
Avis des utilisateurs
Prix

INTERSTOVES
MARINA 11 Kw
Silencieux, programmable et commande à distance
Rendement 90 %, Fourni avec kit sorti ventouse
Certifié CSTB, flamme verte 7 étoiles

5 étoiles
1699 €

INVICTA
TRATTO 9 – 9KW
Rendement 90 %, autonomie 27H
Certifié flamme verte 6 étoiles

4.8 étoiles
999,99 €

EVACALOR
RITA 9 KW
Autonomie 3 jours, rendement 90 %
Discret

4.5 étoiles
964 €

NEMAXX P12
Mode ECO, équipé de thermostat
Chauffage rapide

4.5 étoiles
1390 €

INTERSTOVES
MARINA 10 KW
Certifié flamme verte 7 étoiles, rendement 86,4 %
1.9 kg de granulés/h

4 étoiles
999 €
 

Ces guides d'achat Habitat peuvent vous intéresser

Poêle à pétrole LC400 Argent/Noir
02 août 2021
Le poêle à pétrole est un chauffage d’appoint actuellement très convoité et qui offre une multitude de choix pour différents budgets.
Casque antibruit Scotch H510AK
17 juin 2021
Retrouvez notre sélection des meilleurs casques concert pour enfant 2021. Nos experts ont passé en revue les critères d’achat, les utilités et les avantages de cet équipement de protection.

Actualités Habitat sur le même thème

Plaque de cuisson à induction IKP 2214 Mia-Germany
Habitat17 juillet 2021234
Que vous prévoyez un petit repas entre amis ou un grand buffet en famille, faites de la  plaque de cuisson Mia-...
Pompe à bière  HD3620/25 PerfectDraft Philips
Habitat04 juillet 2021284
La tireuse à bière Philips HD3620/25 est un modèle haut de gamme capable de vous offrir une excellente qualité de bière...
Le four H 7460 BP Miele
Habitat04 juillet 20207 546
Le four H 2850 B est un appareil de cuisson encastrable blanc original et très efficace pour la cuisine de vos...